Contexte et objectifs

Depuis plusieurs années, les entreprises françaises se sont engagées à promouvoir la diversité à différents niveaux de qualifications et refléter dans leurs effectifs la pluralité de notre population. La situation semble évoluer favorablement.

Cependant, après le temps de la discrimination « physique » et celui de la discrimination «territoriale », semble s’installer celui d’une discrimination «linguistique».

Pour certains citoyens, les postures et la langue semblent se tisser comme à l’écart de la République commune. Le déficit de maîtrise des différents registres de langue ferment donc des portes dans le champ économique et sociétal.

Bien dit ! est une réponse aux conséquences de l’enclavement social de certains citoyens. Il crée un cadre, au sein d’un contexte scolaire ainsi que socio-professionnel permettant la rencontre simultanée de différents acteurs de la société civile qui incarnent la diversité de formes de langage, d’approche, aux côtés des enseignants et autres membres du corps pédagogique. Tous partagent un savoir-faire social.

Bien dit ! suggère ainsi à chacun d’élargir ses registres d’expression et améliorer son écoute, son empathie afin de développer sa faculté d’adaptation.

Si Bien dit ! élargit les capacités de communication de certains jeunes et/ou de publics précarisés, nous ne considérons cependant pas que nous devons « apprendre à parler aux jeunes ». Ils ont des codes spécifiques, à leur génération, leur géographie urbaine ou/et périphérique, leurs cultures plurielles pour certains et il ne s’agit pas de leur demander d’y renoncer. D’un point de vue éthique, cet élément nous est essentiel.