Contexte et objectifs

Ces dernières années, le taux de chômage est en croissance, les demandeurs d’emploi, dont les jeunes, se comptent par milliers. Qui, plus que les professionnel-le-s de l’éducation, de la formation et de l’insertion, savent mesurer ce phénomène ?

Pourtant, une majorité de jeunes citoyens veulent travailler, portent un grand potentiel en eux, dont souvent ils n’ont pas conscience ou qu’ils ne mesurent pas. Ils sont déterminés, mais avec si peu de confiance en eux. Qui, plus que les professionnel-le-s de l’éducation, de l’insertion et de la formation, savent mesurer ce phénomène ?

Nous sommes tous conscients que les maux qui affectent notre société ne restent pas à la porte de nos institutions sociales, ni de nos écoles. Précarité économique, fragilité sociale, éclatement des familles, incivilités et violences,… perturbent les possibilités d’apprentissage et d’insertion professionnelle. Cela met à mal beaucoup de jeunes, et leurs liens à tisser avec d’autres afin de s’intégrer pleinement dans la société s’en ressentent.

Cependant, apporter des réponses à toute sorte de troubles – de la prévention de la violence à l’intégration sur le marché du travail relève-t-il des seuls professionnels de l’accompagnement et de l’insertion ?

Ces professionnel-le-s honorent leur tâche, considérable. Pourtant, les moyens sont de plus en plus congrus, et la considération accordée au personnel insuffisamment valorisée par notre société. (Situation qui, du reste, relève d’une tendance  générale : professionnels du soin, du secteur social, et éducatif,…). Ils n’en demeurent pas moins très investis. Cependant, ils peuvent se sentir seuls dans leur tâche. Qu’en est-il de la contribution de chacun ? Qu ‘en est-il des efforts consentis par la collectivité nationale à cet enjeu essentiel de maintenir la qualité des missions des professionnel-le-s de l’éducation, de la formation et de l’insertion et, par conséquent, de contribuer à l’intégration des nouvelles générations dans la Cité.

Nous, acteurs de la société civile, nous  pouvons, sans interférer dans leur mission, accompagner les professionnel-le-s.

C’est l’objectif du programme Bien dit !  de formation pour professionnel-le-s.